Polykystose ovarienne surpoids imc

Finalement, les différents autres facteurs de risque cardiovasculaire doivent également être pris en charge de manière spécifique. Rev Med Suisse ; volume 5. Téléchargez le PDF. Résumé Le syndrome des ovaires polykystiques est la pathologie endocrinienne la plus fréquente de la femme préménopausée.

Propositions de dépistage des troubles métaboliques Malgré leur étroite association avec le SOPK, les troubles du métabolisme glucidique ne font pas partie des critères diagnostiques du syndrome. Tableau 1.

Le syndrome des ovaires polykystiques, SOPK

J Clin Endocrinol Metab ; Franks S. Polycystic ovary syndrome. N Engl J Med ; Dewailly D. Definition and significance of polycystic ovaries. Baillieres Clin Obstet Gynaecol ; Revised consensus on diagnostic criteria and long-term health risks related to polycystic ovary syndrome.

Fertil Steril ; Developmental origin of polycystic ovary syndrome — a hypothesis.

Scoop me rideshare

J Endocrinol ; Neuroendocrine aspects of polycystic ovary syndrome. Endocrinol Metab Clin North Am ; Mais typiquement, les ovaires renferment de nombreux kystes folliculaires de 2 à 6 mm, parfois plus; on note une hyperplasie thécale autour des cellules de la granulosa. Les ovaires peuvent être hypertrophiés avec des parois lisses et épaissies ou conserver une taille normale.

Surpoids france 2015 utrecht

Ce syndrome comprend une anovulation ou un trouble de l'ovulation et un excès d'androgènes d'étiologie mal comprise. Cependant, certaines données suggèrent que les patientes ont une anomalie fonctionnelle du cytochrome Pc17 affectant la hydroxylase l'enzyme limitante de la vitesse de production des androgènesce qui induit une augmentation de la production d'androgènes. Les taux d'androgènes sont souvent élevés, augmentant le risque de syndrome métabolique et entraînant un hirsutisme.

Une hyperinsulinémie en raison d'une résistance à l' insuline peut être présente et peut contribuer à accroître la production ovarienne d'androgènes. À long terme, l'excès d'androgènes augmente le risque de troubles cardiovasculaires, y compris d'HTA et d'hyperlipidémie.

Le risque des excès d'androgènes et ses complications peuvent être tout aussi élevés chez les femmes qui ne sont pas en surpoids que chez celles qui le sont. Les symptômes du syndrome de l'ovaire polykystique débutent généralement pendant la puberté et s'aggravent avec le temps.

Un adrénarche prématurée, caractérisée par un excès de sulfate de déhydroépiandrostérone DHEA et une croissance souvent précoce de la pilosité axillaire, une odeur corporelle, et une acné microcomédonale, est fréquente. Les symptômes caractéristiques comprennent une obésité et un hirsutisme modérés et des menstruations irrégulières ou une aménorrhée.

Cependant, jusqu'à la moitié des femmes qui ont un syndrome des ovaires polykystiques ont un poids normal et certaines femmes ont un poids insuffisant. Les poils du corps peuvent se développer selon un modèle masculin p. Certaines femmes ont d'autres signes de virilisation, tels qu'acné et une calvitie temporale. D'autres symptômes peuvent être une prise de poids parfois difficile à contrôlerde la fatigue, une faible énergie, des problèmes de sommeil dont l'apnée du sommeildes sautes d'humeur, une dépression, une anxiété et des céphalées.

Chez certaines femmes, la fertilité est altérée. Les symptômes varient d'une femme à l'autre. Si les femmes qui ont un syndrome des ovaires polykystiques deviennent enceintes, le risque de complications de la grossesse est augmenté, et les complications sont plus graves si les femmes sont obèses. Ces complications comprennent un diabète gestationnelun accouchement prématuréet une prééclampsie. Taux sériques de testostéroned'hormone folliculo-stimulante, de prolactine, et de thyréostimuline TSH.

Un dysfonctionnement ovulatoire est habituellement présent à la puberté, cause d'une aménorrhée primitive; ainsi, ce syndrome n'est probablement pas en cause si des menstruations régulières se sont produites pendant un certain temps après la ménarche. Le syndrome des ovaires polykystiques est suspecté si les patientes présentent au moins 2 symptômes typiques. Les examens complémentaires comprennent un test de grossesse, la mesure du taux sérique de testostéroned'hormone folliculo-stimulante FSHde prolactine et de TSH; et l'échographie pelvienne pour exclure d'autres causes possibles aux symptômes.

Rajeunissement medical quebec 92.7

Le taux de testostérone sérique libre est plus sensible que la testostérone totale mais est techniquement plus difficile à mesurer Hypogonadisme masculin : Diagnostic de l'hypogonadisme primaire et secondaire. Des taux de testostérone normaux à légèrement augmentés et des taux de FSH normaux à légèrement diminués suggèrent un syndrome des ovaires polykystiques.

Chez la femme répondant aux critères, le cortisol sérique est mesuré pour exclure un syndrome de Cushing et la hydroxyprogestérone sérique est mesurée tôt le matin pour exclure un virilisme surrénalien. Les femmes adultes présentant un syndrome des ovaires polykystiques sont évaluées pour mettre en évidence un syndrome métabolique en mesurant la PA et habituellement la glycémie et les lipides sériques profil lipidique. Le syndrome des ovaires polykystiques est peu probable si des règles régulières ont eu lieu pendant un certain temps après les premières règles.

Traitement de l'hirsutisme et, chez la femme adulte, risques à long terme d'anomalies hormonales. La perte de poids et l'exercice régulier sont encouragés. Ils facilitent l'induction de l'ovulation, rend les cycles menstruels plus réguliers, augmente la sensibilité à l' insuline et réduit l'acanthosis nigricans et l'hirsutisme.

La perte de poids peut également améliorer la fertilité.

Effet d’une bonne hygiène de vie chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques

Cependant, la perte de poids est peu susceptible d'être utile aux femmes qui ont un poids normal et un syndrome des ovaires polykystiques. Contrairement à ce que son nom laisse entendre, ce ne sont pas des kystes mais bien l'accumulation de follicules qui ne sont pas arrivés à maturité dans les ovaires qui cause ce que l'on appelle donc, un syndrome des ovaires polykystiques. Mais syndrome des ovaires polykystiques et obésité sont aussi intimement liés et on constate fréquemment chez la femme qui est atteinte de cette maladie une surcharge pondérale.

Si syndrome des ovaires polykystiques et obésité sont souvent liés comme nous venons de l'évoquer, la maladie pourrait avoir bien d'autres conséquences graves chez la femme qui en est atteinte. Au delà des symptômes que nous avons évoqués précédemment, le SOPK pourrait induire une résistance à l'insuline et donc conduire à développer un diabète de type 2.

Des spécialistes pensent même que ce syndrome pourrait être lié à un risque accru de développer certains cancers mais aussi de souffrir de maladies cardiovasculaires. Rappelons également que sa présence rend le désir de grossesse difficile à combler sans traitement.

Le SOPK n'est donc pas à prendre à la légère et doit être pris en charge par une équipe pluridisciplinaire une fois le diagnostic posé. On ne guérit pas d'un syndrome des ovaires polykystiques mais on peut en soulager les conséquences bien plus facilement qu'il n'y paraît. En effet, de nombreuses études ont montré que des changements dans les habitudes de vie des femmes souffrant du SOPK pouvaient aider à en soulager les symptômes.

Syndrome des ovaires polykystiques

En clair, en améliorant son hygiène de vie, il est possible par exemple de contrer les problèmes d'insulinorésistance et d'ovuler à nouveau. Il ne s'agit pas là de se lancer dans des régimes draconiens mais plutôt de suivre quelques règles élémentaires de diététique comme modérer les aliments gras et sucrés pour contrer les effets du SOPK et faire un peu de marche ou de vélo tous les jours par exemple pour sortir du cercle vicieux de ce syndrome. La perte de poids n'ayant pas à être spectaculaire pour que cela fonctionne, toutes les femmes même celles ayant des difficultés à perdre du poids pourraient parvenir à réaliser cet objectif de perdre 5 à 10 kilos pour kilos et ainsi retrouver une qualité de vie appréciable.

Se connecter. Connectez-vous à votre compte. Récupération de mot de passe.