Surpoids baisse libido

Sexo : mes bonnes résolutions de la nouvelle année. Inscrivez-vous à la newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes minceur et gourmandes. L'effet le plus significatif a été une perte de poids de 7. S'il était souhaitable pour certain-e-s, il a vraisemblablement été suivi d'une reprise de poids équivalente, par effet yo-yo, une fois l'étude terminée. La restriction calorique ne fait que diminuer le métabolisme de base, ce qui veut dire qu'elle n'a pas d'effet durable sur le surpoids tant que les comportements alimentaires n'ont pas été modifiés hors restriction calorique et associés à d'autres pratiques comme l'exercice d'endurance et l'exercice de haute intensité.

J'ai exposé cette approche en détail sur le site. Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données vous concernant.

Pour en savoir plus ou exercer vos droits, vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation. Découvrez le nouveau site. Sexualité Désir et plaisir Pratiques sexuelles Troubles sexuels chez l'homme Troubles sexuels chez la femme Kamasutra.

Surpoids baisse libido

La restriction calorique augmenterait la libido Partagez sur Facebook Commentaire s : 1. Manger moins pour faire plus l'amour Le panel de participant a renseigné les chercheurs sur leurs habitudes alimentaires, le nombre de calories absorbées et la qualité de leur sommeil et la quantité de leurs rapports sexuels. A lire aussi: Quiz : Savez-vous booster votre libido? Sexo : mes bonnes résolutions de la nouvelle année Inscrivez-vous à la newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes minceur et gourmandes.

Partager cet article. Sur le même sujet. Manger équilibré ne veut pas dire éliminer le sucre. Libido: le régime booster. Perdre du poids pour lutter contre le cancer. Dormir plus c'est aussi faire plus l'amour! Pourtant le surpoids touche de plus en plus de Français. Comment ces kilos peuvent plomber la vie affective et sexuelle?

Le point avec Doctissimo. Reconnue par l'Organisation mondiale de la santé comme une maladie à part entière, l'obésité conserve cependant une image particulière aux yeux du grand public. Au-delà des complications organiques, les personnes touchées souffrent des conséquences de leur silhouette dans leur vie quotidienne.

Le surpoids et l'obésité frappent aujourd'hui 14 millions de Français. On imagine peu le mal-être et les conséquences de ces kilos sur le quotidien des malades.

Dans un métro bondé, dans les sièges exigus des avions. Aujourd'hui, on ne parle des obèses que comme des malades, on les évite. On nous associe à des personnages sans volonté, alors qu'il ne viendrait pas à l'idée de critiquer un diabétique en lui reprochant d'aimer les sucreries. Dans l'imaginaire populaire, un gros, c'est celui qui mange plus que les autres" regrette Sylvie Benkemoun, responsable santé de l'association Allegro Fortissimo. Dans ces conditions, il est parfois difficile d'envisager une vie affective harmonieuse.

Culpabilisation, rejet de son physique… Ces idées sont tellement fortes que nombre de personnes obèses s'interdisent elles-mêmes d'avoir une sexualité normale tant leur corps leur fait honte et tant que le manque de confiance en soi est présent.

Psychiatre et nutritionniste, le Dr Bernard Waysfeld se garde de toute généralisation hâtive. Son expérience lui a montré que de nombreux obèses principalement des femmes peuvent parfois se servir de leur obésité comme d'un rempart à la vie affective alors que d'autres ont une acceptation plus forte d'elles-mêmes et mènent une vie affective satisfaisante.

Mais le plus souvent, l'image du corps a cependant une influence directe sur la vie amoureuse. Il est important qu'elles s'acceptent telles qu'elles sont pour intégrer un groupe social" estime le Dr Waysfeld. Mais cette première étape n'est pas toujours aisée, comme en témoigne Sylvie Benkemoun "La plupart des femmes grosses courtisées pensent que l'homme, qui les a choisies, n'a pas de goût et donc qu'il n'en vaut pas la peine.

Cette ambiguïté crée un malaise dans les relations amoureuses. Beaucoup de femmes grosses courtisées refusent ce regard masculin sur des formes qu'elles détestent". Ayant intériorisé les jugements négatifs sur leur silhouette, elles mettent leur vie affective entre parenthèses en attendant la perte de kilos, un énième régime ou bien une solution définitive comme la chirurgie de l'estomac.

Peur des quolibets, du regard des autres. Mais lorsque cet attrait est exclusif, s'agit-il d'une perversion? Que doivent en penser les femmes rondes?.

Fantasme voyeuriste ou régressif qui ramène l'objet de désir à ces seules formes, ce sentiment très majoritairement masculin peut être pervers lorsqu'il ravale la personnalité de la femme au rang d'objet. De la même manière, un homme gros peut être perçu de manière rassurante mais souvent dévirilisée. Le regard des autres a encore trop tendance à disqualifier l'homme gros et la femme grosse de son identité sexuelle. Mais le Dr Sylvain Mimoun, médecin gynécologue, ne veut pas parler des "obèses" tant chaque cas reste particulier.

Selon lui, il n'existe pas réellement de différence entre une personne obèse et une personne non obèse. Les troubles sexuels sont les mêmes avec des réactions différentes chez l'homme et la femme. Ne pas être à l'aise avec son obésité deviendra une cause d'anxiété et de stress.